L’Afrique du Sud souscrit à l’appel pour une coopération mondiale pour lancer le commerce et faire face aux défis économiques et au changement climatique



JOHANNESBURG, AFRIQUE DU SUD – African Media Agency – 7 février 2023 – La 53ème réunion annuelle du Forum économique mondial (FEM) à Davos, Suisse, s'est terminée le vendredi 20 janvier 2023. Des leaders mondiaux et des chefs d'entreprise ont exprimé l'espoir que la récession imminente menaçant l'économie mondiale pourrait être évitée si les pays collaboraient pour lancer le commerce mondial et les investissements.

Picture1.png

Une délégation de représentants de hait niveau du gouvernement et des entreprises sud-africains est rentrée à la maison de la réunion plus optimiste qu'auparavant quant au règlement du ralentissement économique actuel et de la hausse de l'inflation si les États se penchaient sur les ruptures d'approvisionnement mondial entraînant la pénurie de produits de base et la hausse des prix de l'énergie et des denrées alimentaires.

La délégation était conduite par le ministre des Finances Enoch Godongwana, accompagné de chefs des principales entreprises sud-africaines actives dans divers secteurs de l'économie. La délégation comprenait également le ministre du Commerce, de l'Industrie et de la Concurrence Ebrahim Patel, le ministre des Relations internationales et de la coopération Naledi Pandor et le ministre des Établissements humains Mmamoloko Kubayi.

La réunion annuelle de cette année avait pour thème « Coopération dans un monde fragmenté » et couvrait beaucoup de sujets interconnectés, y compris l'impact de la guerre entre la Russie et l'Ukraine en cours sur les marchés des produits de base, la montée en flèche du coût de la vie due à la hausse de l'inflation et à la politique monétaire resserrée par les banques centrales, le changement climatique et l'impact croissant de l'intelligence artificielle (IA) sur les emplois et les marchés du travail.

« La délégation sud-africains a fait un travail formidable à Davos, où elle a vendu notre pays à des investisseurs mondiaux comme un marché favorables aux entreprises et aux investissements. En dépit des contraintes énergétiques avec lesquelles notre pays est en prises actuellement, l'Afrique du Sud reste une destination attractive pour les investissements, étant donné son excellente infrastructure, ses marchés financiers sophistiqués et une main-d'œuvre qualifiée », a déclaré Sithembile Ntombela, CEO par intérim de Brand South Africa.

Le gouvernement sud-africain est en train de mettre en place des réformes structurelles qui ont ouvert le secteur énergétique aux investissements privés afin de stimuler la production d'énergie et de mettre fin au délestage qui bride l'économie.

« Les réformes structurelles mises en place actuellement par le gouvernement progressent en supprimant des freins à l'investissement et en réduisant les coûts des activités commerciales. Ces réformes permettront à l'Afrique du Sud, une destination favorite des investisseurs locaux et des multinationales mondiales cherchant une expansion à travers l'Afrique, de profiter des possibilités présentées par la Zone de libre-échange continentale africaine (AfCFTA) », a affirmé Ntombela.

L'AfCFTA lancée officiellement en 2021, va créer la zone plus grande zone de libre-échange du monde, stimuler le commerce intra-africain, développer les chaînes de valeur régionales et promouvoir l'industrialisation sur tout le continent.

Dans un rapport rendu public lors de la réunion de Davos de cette année, le secrétariat de l'AfCFTA et le FEM ont révélé que l'AfCFTA prévoit de créer un marché unique qui passera à 1,7 milliards de personnes et 6,7 trillions de dollars en consommateurs et dépenses des entreprises en 2030.

Picture2.png

Il est estimé qu'en 2050, le continent hébergera 2,5 milliards de personnes et sera un marché avec des dépenses combinées des entreprises et des consommateurs de 16,12 trillions de dollars.

Le rapport intitulé « Une nouvelle ère pour des entreprises et investissements internationaux en Afrique » énumère quatre secteurs à fort potentiel présentant des possibilités lucratives pour les entreprises souhaitant investir en Afrique.

Ce sont les secteurs automobile, d'agriculture et de l'industrie agroalimentaire, pharmaceutique et du transport et de la logistique, dont on prévoit la croissance rapide en termes de volumes de production et de commerce sous l'AfCFTA.

« Étant donné que l'Afrique du Sud est l'économie la plus industrialisée et sophistiquée en Afrique, elle est bien placée pour profiter des possibilités offerte par l'AfCFTA. Le développement de la zone de libre-échange demandera des investissements de grande ampleur dans l'infrastructure logistique et de télécommunication afin de réduire le coût des activités commerciales et de permettre la libre circulation des personnes, des marchandises et des services », a expliqué Ntombela.

Avec la transition vers l'énergie verte et la transition numérique en plein essor dans le monde entier, la délégation qui représentait l'Afrique du Sud au FEM 2023 a exprimé son soutien à l'appel de requalifier et de perfectionner la main-d'œuvre, en particulier la jeunesse, afin de la préparer aux emplois futurs et d'atténuer des pertes d'emplois.

La délégation est impressionnée par les progrès accomplis par la révolution de la requalification du FEM, une initiative lancée en 2020 pour donner les moyens à 1 milliard de personnes. Jusqu'à présent, l'initiative a atteint 350 millions de personnes.

Le changement climatique a également été à l'avant-scène au FEM, où des leaders mondiaux et des chefs d'entreprise se sont engagés à mettre en place l'accord de Paris, qui appelle tous les États de réduire leurs émissions de carbone afin de limiter le réchauffement climatique à environ 1,5 degré Celsius et de s'efforcer à atteindre zéro émissions nettes en 2050.

Ce engagement exige des États et des entreprises de se détourner de l'utilisation des sources d'énergie fossile telles que le charbon et le pétrole brut et recourir à des sources d'énergie propres et respectueuses de l'environnement telles que l'énergie éolienne et solaire.

Le lancement de la nouvelle Coalition de ministres du Commerce sur le climat, réunissant plus de 50 États, a fait également partie des points forts de la réunion annuelle du FEM de cette année.

La coalition vise à lutter contre le changement climatique en promouvant le commerce et les investissements qui encouragent le recours aux biens, services et technologies atténuant le changement climatique aussi bien dans les pays développés que dans les pays en cours de développement.

« Toutefois, les défis mondiaux soulignés au FEM 2023 ne peuvent pas être réglés dans un monde fragmenté, dans lequel les États tirent dans des directions différentes. Ces défis exigent la collaboration et l'unité entre les nations du monde, où les États travaillent ensemble pour trouver des solutions dans une économie mondiale intégrée », a conclu Ntombela.

Hashtag: #BrandSouthAfrica

發行人全權負責本公告的內容
À propos de Brand South Africa
À propos de Brand South Africa
Brand South Africa est l'agence de marketing officielle de l'Afrique du Sud ayant pour mission d'établir l'image de marque du pays, d'améliorer sa compétitivité mondiale. Son objectif est également de renforcer la fierté et le patriotisme des Sud-Africains, de contribuer à la cohésion sociale et à la fonction d'ambassadeur de la marque nationale.

Cette communication électronique et le(s) fichier(s) attaché(s) sont soumis à une clause de non-responsabilité consultable sur . Si vous ne pouvez pas voir la clause de non-responsabilité, veuillez demander une copie en écrivant un e-mail à .

來源:

Brand South Africa

類別:

Economics

閱讀:

English, Spanish, German

發佈於

07 Feb 2023

過去的新聞稿

更多
#Advertising, Marketing & Public Relations #Economics

15 June 2022

Business Delegation Made A Strong Case For South Africa As An Investment Destination At Davos

立即聯繫 Media OutReach

立即聯繫我們